LA FELIBREE OU FELIBREJADA

Tous les ans, le 1er dimanche de juillet, a lieu dans une ville différente du Périgord, une fête appelée Félibrée en Français ou Felibrejada en Occitan. Ce rituel, hérité des troubadours qui chantèrent jadis la langue d'oc dans toutes les cours d'Europe, est la journée de la langue d'oc et des félibres, de la terre, des coutumes et de la tradition périgordines.

Elle est organisée par l'association Lo Bornat dau Perigord (la rûche), école félibréenne du Périgord fondé en 1901, dont le siège est à Périgueux.

La Félibrée a toutes les caractéristiques d'une fête à l'ancienne, comme on peut en voir dans beaucoup de régions.

La première félibrée a lieu le 20 septembre 1903 à Mareuil sur Belle (24). Ce jour-là, le président du Bornat prononce un discours, salué par Frédéric Mistral et par Pierre Dévoluy, capoulié du Félibrige.

Coorganisée par le Bornat dau Perigòrd et un comité local créé ponctuellement chaque année, cette manifestation se déroule depuis cette date dans tous les ranvers du Périgord.

 

Histoire :

Lo Bornat dau Périgord, école félibréenne fondée en 1901, pour la défense et l'illustration de la langue d'Oc en Périgord, a eu pour parrain Eugène Le Roy qui proposa au Majoral Auguste Chastanet le nom de la nouvelle association.  L'association organise tous les ans une grande félibrée qui est aujourd'hui, une grande fête annuelle occitane où se côtoient en moyenne plusieurs dizaines de milliers de personnes venues de tous les horizons.

Elle est dirigée par un Majoral élu à vie.

 

Préparation :

Le Bornat dau Perigòrd confie à un village de la Dordogne l'organisation de la Félibrée.

En 2011, la ville de Belvès a été choisie à travers son Comité d'Organisation.

Les animations commencent très tôt dans l'année, notamment lors des soirées de préparation des fleurs qui serviront à la décoration. Des conférences, spectacles, soirées à thème, sont proposées pour la sauvegarde du patrimoine et de la langue.

La ville est parée de ses plus beaux atours!

Pendant toute l'année, les bénévoles des villages du Canton ont travaillé à la réalisation de fleurs et à la mise en œuvre des décors. Entièrement livrée aux félibres, on y accède par des portes réalisées par les communes du canton, chacune mettant en valeur sa spécificité.

 

Déroulement de la Félibrée :

Chaque Félibrée met à l'honneur un thème. En 2011, Belvès a choisi de mettre à l'honneur la Femme de 1880 à 1930 : son rôle, les différents métiers qu'elles exerçaient...

Ainsi, tout au long de la journée, on retrouvera des activités traditionnelles où tout le savoir-faire des artisans locaux sera mis en valeur : construction traditionnelle, panier d'osier, poterie, dentelle, tradition culinaire ... Les commerçants participent activement en décorant leur vitrine d'objets traditionnels conservés par des collectionneurs. C'est l'occasion d'un retour en arrière enrichissant.

Elle obéit à un rituel :

Les périgourdins venant de tous les coins du département, arborent les costumes traditionnels : coiffe de dentelle, fichus brodés, longues jupes pour les femmes. Grands feutres noirs, amples blouses blanches et gilets de velours noir pour les hommes. 

Le rituel commence par l'acceuil des félibres aux portes de la ville. Une reine est élue, à qui le maire remet les clés de la ville, marquant ainsi une prise de pouvoir symbolique du majoral et des félibres. Elle parcourt à pied au bras du Majoral du Félibrige les rues constellées de décorations.

Pendant une journée, c'est le majoral, accompagné de la reine du Bornat et les félibres qui gouvernent. Le défilé des autorités et des groupes folkloriques entre dans la ville où vont se dérouler un certain nombre de scènes qui marquent l'emprise des félibres :

- Inauguration d'une plaque à la mémoire d'un enfant du pays qui laisse ainsi une trace de son action au service du Bornat ou de la langue et de la culture occitane.

- On assiste ensuite à la messe en langue d'oc, servie par l'évêque.

- Un moment de recueillement devant le monument aux morts.

- Vient ensuite le banquet (taulada). Le moment important est non seulement le repas traditionnel périgourdin, mais aussi le discours du Majoral, en langue d'oc, où il réaffirme fermement devant les représentants de l'etat l'appartenance culturelle au patrimoine occitan : "lo majoral fissona" (le majoral pique) comme le rappellent les abeilles du Bornat.

- L'après midi est consacrée à la cour d'amour, une représentation de danses, de pièces de théatre et de chants en langue d'oc... La cour d'amour est le souvenir de la fin'amors des troubadours où la culture courtoise reconnaissait valeur cordiale et sagesse amoureuse aux dames.

Le chant occitan "La coupa santa" composé par Frédéric Mistral tient lieu d'hymne de la Félibrée.



Participer à une félibrée aujourd'hui, c'est aimer les choses simples, l'amitié, le partage, le respect des autres, la tolérance, aimer ce qui est beau, ce qui est sain.

Dans le XXIe siècle naissant, la félibrée joue un rôle important pour la défense et l'illustration de la langue d'oc. En soutenant sa langue, elle prend part au combat de toutes les autres langues minoritaires.

En 2003, on a fêté le centenaire de la première félibrée. En route pour la deux centième !